Ordre Militaire et Hospitalier de Saint-Lazare de Jérusalem
(Malte)

Commanderie Saint-Louis de Rochefort
(En France, association régie par la loi du 1er juillet 1901)



Spiritualité La tour des signaux
et l'église
Saint-Louis


Placé sous la protection spirituelle du patriarche catholique grec melkite, depuis les tout débuts du XXe siècle, ayant ainsi renoué avec ses très lointaines origines, Saint-Lazare est oecuménique. Il n'est pas placé sous la domination de l'église catholique romaine.
Issu d'un ordre monastique hospitalier arménien catholique d'orient, existant depuis les tout premiers temps du christianisme, il était présent à Jérusalem pour y soigner les lépreux.
La tour des signaux était le clocher de la 1re église Saint-Louis, desservie par les Lazaristes (Congrégation  de la mission), qui refusèrent le serment à la constitution civile du clergé, en 1791. La marine ayant saisi leur église en fit un entrepôt, le titre paroissial étant alors transféré à la chapelle du couvent des Capucins. Presque entièrement reconstruite sous la direction de l'architecte Félix Garde à partir de 1835, celle-ci devint l'actuelle église Saint-Louis.
Photos de Patrick Despoix
Catholique d'orient et bien qu'au fil des ans l'Ordre ait eu des protecteurs de prestige, puisque soutenu par les rois de France, sa reconnaissance par le Saint-Siège est souvent mise en doute, par des auteurs peu au courant de son histoire. Son existence est réelle et perdure depuis de nombreux siècles en admettant en son sein toutes les confessions chrétiennes.
Avec son imposant portique à colonnes corinthiennes et son fronton triangulaire cette église est de style néo-classique et la chapelle du même vocable, abrite le tombeau de l'intendant de la marine, Michel Bégon, "père" des bégonias. L'abside abrite un maître-autel à baldaquin de style baroque, intégrant 2 tableaux de 1837, ayant pour thème Saint-Louis.